Bon.

Hier soir on a appris que le marché était revenu sur la place où on a eu l'habitude de se garer pendant tout le confinement. Sauf que c'est interdit de se garer autour de la place les jours de marché (logique). Bien sûr, l'info était que sur le site de la mairie et dans le journal local, qui évidemment n'étais pas distribué en période de confinement.

Alors on est allé voir et magie : Plus de voiture.

On a fait toute la place pour vérifier qu'on s'était pas juste gouré d'endroit, mais non, pas de voiture.

J'appelle la police municipale, pas de réponse. Faut dire qu'il est 20h donc bon... J'enchaîne avec le commissariat, et je tombe sur une gendarme très aimable (nojoke). Elle me dit de patienter, elle regarde. Quelques minutes plus tard elle m'affirme qu'elle a pas d'infos d'enlèvement dans la journée, et que si la police municipale procède à un enlèvement ils informent le commissariat. Je blague en lui disant que ça se trouve je me souvient juste plus de l'endroit où je me suis garé, et que potentiellement elle peut s'attendre à ce que je vienne porter plainte dans les jours qui suivent.

Bon là on angoisse un peu, on pense forcément à un vol, à l'assurance. On a plus de voiture et on sait pas où elle est. On se pose devant un film marrant et on essaie de se calmer pour la soirée.

Nuit pas ouf, insomnie de mon amoureuse et moi qui me réveille à 7h du mat et qui phase sans pouvoir me rendormir avec une montée d'angoisse au fur et à mesure que je réalise vraiment les impacts de cette perte de voiture.

Réveille pas ouf, full boule au ventre. Je mange des crêpes et je sors mon téléphone pour appeler la police municipale. Même appel que pour le commissariat du jour précédent, mais ils me disent que c'est les gendarmes qui s'occupent des enlèvements de cette place. /me is weary

Je rappelle le commissariat, je leur dit que je les ai appelé hier pour savoir si ils ont procédé à un enlèvement hier, je me trompe en racontant mon histoire en disant “police nationale” à la place de “police municipale” et je me fait remonter les bretelles en discernant un manque de patience à chaque fois qu'on me reprend. Il me demande l'heure à laquelle j'ai appelé hier, je lui répond, il me dit que c'est bizarre et regarde la liste des enlèvements.

Il revient vers moi quelques minutes plus tard et me sort : “Ah oui on a bien eu un enlèvement sur la place hier ! C'est le dernier de la liste !” Je maudis un peu sa collègue qui nous a créé une angoisse inutile, et lui demande la marche à suivre pour récupérer ma voiture.

Et là je me retrouve à écrire ça, en préparant mon départ après le boulot pour aller à la gendarmerie, avec une carte grise pas encore à mon nom, et un peu de seum à cause d'un journal pas distribué et d'un montant de récupération plus élevé à cause d'une erreur d'inattention sur une liste.

C'est vraiment un truc que j'aurais pas souhaité vivre, mais bon, ça forge la jeunesse on va dire.